30 décembre 2011

 

Raphaëlle Jouteau est professeur de FLE , elle enseigne en grande partie par internet mais elle a également fait un peu de présentiel. Elle a cré son auto-entreprise il ya un an. J'ai trouvé son profil sur le site Viadeo, et elle ma répondu très rapidement! Je la remercie encore pour cet entretien.
Tout d'abord j'aimerais que vous me décriviez une de vos journées type d'enseignement par internet, et si possible aussi une journée d'enseignement "classique".

Par Internet : pas de journée type, je m'organise un peu comme je veux. J'ai créé une auto-entreprise pour enseigner le français langue étrangère il y a un an. Aujourd'hui, encore 50% de mon activité consiste à faire connaitre l'entreprise, publicité, animation de forums, blogs et pages internet sur le français afin de mettre en avant mes offres. Je travaille également avec d'autres écoles, également en ligne, qui se chargent du côté administratif et emploient des professeurs pour donner des cours de langue. Le reste de mon temps consiste en la préparation de cours qui est très longue car les cours par vidéo-conférence sont des cours particuliers donc chaque élève doit avoir un cours, des exercices différents. En effet, impossible d'avoir des cours types et d'utiliser toujours les mêmes. Chaque élève avance à son propre rythme, a ses propres lacunes et ses points forts : chaque cours doit être adapté sinon l'élève ne peut pas bien progresser (que ce soit trop facile ou trop difficile) et se lasse. Je pense que ça prend environ 30% du temps en comptant les corrections. Après, il y a le cours proprement dit : j'appelle les élèves à une heure convenue au préalable : exercices de prononciation, jeux de rôle, explications de grammaire. Chaque cours dure 1/2 heure donc c'est assez intense : pas de temps mort.

Enseignement classique : je pense que les situations peuvent être extrêmement variées selon les structures où l'on enseigne, je parlerai donc simplement de mon expérience qui n'est, bien sûr, pas généralisable. J'ai enseigné dans une université à l'étranger (Malaisie), j'avais les élèves de niveau 3 (3 ans de français) et ils n'étaient que 6 élèves. Pour donner une comparaison de la variété des situations, dans la même université, ma collègue avait en charge le niveau 1 (première année de français) et la classe se faisait à 30 élèves, vous imaginez combien la gestion de classe doit être différente ! Journée type : 8 heures arrivée à l'université le matin, consultation des e-mails dans mon bureau (bureau partagé avec une collègue), préparation des cours : recherche dans les livres du cours, des exercices, complète avec des idées trouvées sur internet (pour support plus authentique ou plus récent), élaboration de la trace écrite du cours à donner aux élèves, de ma fiche de préparation, photocopies de la trace écrite, cours en classe ou en labo, retour au bureau jusqu'à 17heures. Étant en charge de la mise en place d'un programme e-learning sur Moodle pour les élèves je passais moins de temps en classe qu'au bureau (environ 8 heures/semaine de cours). En règle général je pense que les professeurs de FLE ont 24h de cours par semaine.

 

J'aimerais ensuite savoir quel a été votre parcours, quelles ont été vos études pour devenir professeur de FLE, qu'il soit atypique ou pas cela m'aiderait beaucoup!

Mon parcours : J'ai d'abord suivi des études de sociologie (master 1), ensuite, j'ai été au pair à l'étranger et j'ai eu envie de pouvoir continuer à voyager. J'ai donc refait un master 1 de FLE dans cette optique, puis j'ai validé mon master 2 que j'ai préparé tout en étant professeur à l'université de Malaisie. La vie à l'étranger est très enrichissante et surtout le fait de travailler dans un pays étranger permet de voir le pays sous un angle qu'il ne serait jamais possible de voir en ne faisant que du tourisme. Toutefois, l'année en Malaisie m'a également fait prendre conscience des mauvais côtés (on ne voit pas souvent sa famille, difficile de rentrer si un événement imprévu se passe en France, pas toujours facile d'être pleinement intégré dans le pays d’accueil...) Souhaitant me laisser l'opportunité de voyager tout en étant libre de rester en France la plupart du temps j'ai donc choisi l'option de la micro-entreprise qui permet grâce à internet de ne pas être attaché à un territoire particulier, ce qui correspond à mes besoins actuels. 

 

Pourquoi avoir choisi ce métier, pourquoi vous a t-il intéressé? 
Je pense que la réponse est dans le paragraphe précédent : particulièrement pour voyager et surtout pour avoir l'opportunité de découvrir des pays de l'intérieur et pas seulement comme des touristes. De plus, j'aime beaucoup le métier d'enseignant, le contact avec les élèves, c'est très motivant de les voir progresser. J'aime en particulier préparer des jeux de rôle, échanger sur la culture et corriger leurs expressions écrites qui sont souvent pleines d'originalité et nous font avoir un nouveau regard sur notre langue.

 


 

Quelles sont les différences entre les idées qu'on se fait du métier de professeur de FLE et la réalité? Les surprises, les fausses attentes? 
Je dirais que la préparation de cours prend énormément de temps, surtout quand on débute et ce n'est pas forcément le plus intéressant. Il faut également compter avec sa direction qui peut être très sympa mais aussi mettre la pression. De mon côté, le métier de professeur de FLE est toujours resté très centré sur les cours de français or j'imaginais que mon expérience serait plus diversifiée (animations culturelles...) toutefois, de nombreux postes permettent cette diversification.

 


 

J'aimerais également en savoir plus sur les rémunérations, mais je sais que c'est un sujet assez ..tabou alors si cela vous gène ne répondez simplement pas..
Les rémunérations sont dans 90% des cas locales donc diffèrent selon le pays. Vous trouverez plein d'infos sur ce site : http://www.fle.fr/index-page-offres_emplois.html. Pour les cours sur Internet, le tarif est libre. Lorsque je travaille pour des écoles le tarif est au alentour de 15e par demi-heure et à mon compte 20e par demi-heure de cours. 


 

Enfin j'aimerais savoir avec quels autres métiers vous travaillez et êtes en contact. Je connais très peu les métiers qui seraient proche de celui que vous exercez.. Et j'aimerais m'informer à ce propos!
A l'université beaucoup de contact avec l'Alliance Française, les autres professeurs de langues en particulier les collègues de français : harmonisation des cours pour que les élèves s'y retrouvent une année sur l'autre, son supérieur hiérarchique, les entreprises françaises ou entreprises qui d'une manière ou d'une autre ont un rapport avec la France (clients français, cherchent à s'implanter sur le marché français, par exemple en Malaisie partenariat avec l’aéroport de Kuala Lumpur : des collègues malaisiens donnaient des cours de français au personnel de l’aéroport...), lien également entre les universités d'autres pays à travers un réseau francophone par exemple (des réseaux d'universités pour la promotion du français proposent régulièrement des projets thématiques, si le projet nous intéresse l'école peut travailler dessus, envoyer un projet et si celui-ci est retenu des subventions peuvent être accordées pour sa réalisation, beaucoup de ces projets se réalisent en collaboration entre plusieurs universités). 
En dehors de ma propre expérience je pense qu'on peut être amené à travailler avec tous les centres de français proches de là où l'on enseigne, avec les professions liées à l'édition de manuels de FLE, avec les chercheurs en didactique (par l'intermédiaire de colloques et séminaires notamment), ou encore avec des assistants et travailleurs sociaux (si professeur de fle pour l'intégration au migrants).


Posté par Juuue à 00:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Raphaëlle Jouteau est professeur de FLE , elle

Nouveau commentaire